SARS-CoV-2 dans les populations partiellement vaccinées

Cette étude vise à étudier comment la vaccination partielle de la population française devrait modifier l’épidémiologie du SARS-CoV-2 et à déterminer les implications pour le contrôle de l’épidémie


Résultats :

– Dans le scénario caractérisé par une couverture vaccinale de 30%-70%-90% chez les 12-17 ans, les 18-59 ans et les ≥60 ans, une pression importante sur les soins de santé est attendue en l’absence de mesures.
– Les individus non vaccinés contribuent 12 fois plus à la transmission que les individus vaccinés.
– Les adultes ≥60 ans non vaccinés représentent 3% de la population, mais 36% des hospitalisations.
– Compte tenu de la couverture limitée, les enfants de 0 à 17 ans représentent environ la moitié des infections et des transmetteurs de maladies.
– Les mesures non pharmaceutiques ont un impact similaire, qu’elles soient appliquées à tous les individus ou seulement aux non vaccinés.
– De toutes les interventions envisagées, y compris les tests répétés et les mesures non pharmaceutiques, la vaccination des personnes non vaccinées est la plus efficace. La vaccination des enfants est importante pour les protéger des effets néfastes des mesures non pharmaceutiques.

Description de l’étude :

  • Titre : Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially vaccinated populations: a modeling study applied to France.
  • Investigateurs principaux : Paolo Bosetti, Cécile Tran Kiem, Alessio Andronico, Vittoria Colizza, Yazdan Yazdanpanah, Arnaud Fontanet, Daniel Benamouzig et Simon Cauchemez.
  • Population étudiée : Individus en France métropolitaine.
  • Méthodes : Un modèle compartimental déterministe stratifié par âge décrivant la propagation du SARS-CoV-2 en France métropolitaine a été développé.

Objectifs de l’étude :

Objectif principal : Étudier et anticiper comment la vaccination partielle de la population française devrait modifier l’épidémiologie du SARS-CoV-2 et déterminer les implications pour le contrôle de l’épidémie.

En savoir plus sur cette étude :

Contexte scientifique : La pandémie de SARS-CoV-2 qui a débuté en décembre 2019 a causé plus de 3,8 millions de décès dans le monde et mis les systèmes de santé au bord de l’effondrement dans de nombreux pays. De plus, les mesures de contrôle drastiques qui ont été mises en œuvre pour limiter son impact ont eu des conséquences socio-économiques dramatiques.

Les vaccins se sont révélés efficaces pour réduire la gravité de l’infection par le SARS-CoV-2, le risque d’infection et la transmission. Leur introduction offre un moyen de sortir de cette période difficile. Toutefois, compte tenu de la transmissibilité et de la gravité élevées du SARS-CoV-2, une couverture vaccinale très élevée pourrait être nécessaire pour assouplir complètement les mesures de contrôle. Cet objectif peut être difficile à atteindre dans les pays, comme la France, qui sont touchés par l’hésitation vaccinale. Dans ces endroits, le SARS-CoV-2 pourrait encore circuler à l’automne 2021 et affecter les systèmes de santé. Dans cette nouvelle ère où une partie importante de la population sera vaccinée, l’épidémiologie du SARS-CoV-2 devrait être différente de celle d’avant la distribution des vaccins.
Il est important d’anticiper ces changements pour déterminer comment les mesures de contrôle pourraient évoluer afin de s’assurer qu’elles permettent de maîtriser l’épidémie tout en minimisant les coûts pour la société.

Impression
Cso
Hopital Bichat A10db683043f49e992c0f362750e2413
Insermlogocomuesorbonneparisciteiau
Iplesp
640px Logosorbonneuniversite


Autres études épidémiologiques :

Dynamique de la variante Delta en France

L’Institut Pasteur fait l’hypothèse dans cette étude qu’il n’y a pas de changement dans la transmissibilité liée au climat de la variante Delta pendant la période d’étude (15 juin au 1er octobre).

Étude DIABÉPI

DIABÉPI, une étude quantitative sur le rapport des personnes diabétiques à la vaccination et leur vulnérabilité à l’épidémie de COVID-19.

Hard Covid

Étude HARD COVID-19

Depuis plusieurs mois, le CHRU de Tours s’est lancé dans une enquête d’ampleur afin d’évaluer le moral des soignants. Un travail de recherche pensé pour cartographier leurs troubles, mais aussi les aider à se sentir mieux.

France 2020

La pandémie de COVID-19 a un impact important sur la démographie de la France. Cette étude explique pourquoi le nombre de décès attribués à la COVID-19 en 2020 dépasse largement l’augmentation des décès de toutes causes entre 2019 et 2020.

Un bain de bouche antiviral et COVID-19

L’utilisation d’un bain de bouche contenant de la β-cyclodextrine et du citrox (bioflavonoïdes) (CDCM), disponible en pharmacie, permet de réduire la charge virale du SRAS-CoV-2 dans la salive.

Les chiens détecteurs comme aide à la détection de COVID-19

Et si les chiens étaient capables de détecter les personnes positives au Covid-19? C’est la question à laquelle tente de répondre dans cette étude le Pr Dominique Grandjean, enseignant-chercheur de l’EnvA à l’initiative du projet Nosaïs-Covid19.

Étude CONFEADO

Cette étude vise à comprendre comment les enfants et les adolescents âgés de 9 à 16 ans ont vécu le confinement en France et comment cela a pu affecter leur bien-être.

Étude SAPRIS-SERO

SAPRIS-SERO est une étude qui vise à estimer la séroprévalence de l’infection par le SRAS-CoV-2 dans les cohortes épidémiologiques Constances, E3-E4N, NutriNet-Santé et Elfe-Epipage2 en France.

CoV-CONTACT

Cette étude prospective multicentrique conclut que la proportion de professionnels de santé infectés après un contact professionnel à risque est très élevée, dont un quart des infections sont asymptomatiques.

French COVID

Cette étude est basée sur le suivi observationnel d’une large cohorte de patients ayant développé une forme clinique de la maladie COVID-19 nécessitant une hospitalisation en France.