Un bain de bouche antiviral et COVID-19

L’utilisation d’un bain de bouche contenant de la β-cyclodextrine et du citrox (bioflavonoïdes) (CDCM), disponible en pharmacie, permet de réduire la charge virale du SRAS-CoV-2 dans la salive


Mots-clés : Citrox ; COVID-19 ; Bain de bouche ; Salive ; SARS-CoV-2 ; Charge virale ; ß-cyclodextrine

Quelques résultats :

L’analyse a démontré que, sur une journée, le CDCM était significativement plus efficace que le placebo 4 heures après la première dose (p=0,036), avec un pourcentage médian (log10 copies/mL) de diminution T1-T2 de -12,58% [-29,55% – -0,16%].

La deuxième dose a maintenu la faible valeur médiane du CDCM (3,08 log10 copies/mL [0 – 4,19]), par rapport au placebo (3,31 [1,18 – 4,75]).

Au jour 7, le pourcentage médian (log10 copies/mL) de diminution de la charge virale salivaire au fil du temps était toujours plus élevé dans le groupe MCCD (-58,62% [-100% – -34,36%]) que dans le groupe placebo (-50,62% [-100% – -27,66%]). Ces résultats ont été confirmés par l’analyse per-protocole.

Description de l’étude :

  • Titre : Use of an antiviral mouthwash as a barrier measure in the SARS-Cov-2 transmission in adults with asymptomatic to mild COVID-19: a multicenter, randomized, double-blind controlled trial
  • Investigatrice principale : Florence Carrouel, Martine Valette, Emilie Gadea, Aurélie Esparcieux, Gabriela Illes, Marie Elodie Langlois, Hervé Perrier, Claude Dussart, Paul Tramini, Mélina Ribaud, Maude Bouscambert-Duchamp, Denis Bourgeois.
  • Centre de prise en charge : Les participants ont été inscrits dans quatre centres hospitaliers français, et le suivi s’est fait à domicile.
  • Population étudiée : Des patients âgés de 18 à 85 ans, positifs à la PCR du SRAS-CoV-2 et présentant 36 symptômes asymptomatiques ou légers de COVID-19 <8 jours ont été recrutés.
  • Type d’étude : Un essai multicentrique, randomisé, contrôlé en double aveugle.
  • Méthodes : Au total, 176 patients éligibles ont été répartis au hasard (1:1) entre le CDCM et le placebo. Trois rinçages quotidiens ont été effectués pendant 7 jours. Un prélèvement de salive a été effectué le jour 1 à 9 heures (T1), 13 heures (T2) et 18 heures (T3). Les 6 jours suivants, un échantillon a été prélevé à 15 heures. La RT-PCR quantitative 40 a été utilisée pour détecter le SARS-CoV-2.

Objectifs de l’étude :

Objectif principal : Déterminer si un bain de bouche commercialement disponible avec de la ß-cyclodextrine et du citrox (bioflavonoïdes) (CDCM) pouvait diminuer la charge virale salivaire du coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2).

En savoir plus sur cette étude :

Le SARS-CoV-2 peut être transmis par la salive, même chez les patients qui ne toussent pas ou ne présentent pas d’autres symptômes respiratoires. Le SARS-CoV-2 est identifié dans 91,7 % des échantillons de salive provenant de patients atteints de la maladie COVID-19, et la charge peut atteindre jusqu’à 1,2×108 copies/mL.

L’utilisation de bains de bouche est un traitement « adjuvant » qui fait partie du traitement habituel ou de la prophylaxie individuelle, notamment en matière de santé bucco-dentaire. Considérer les bains de bouche comme des agents pouvant diminuer la charge virale du SARS-CoV-2 est un concept extrêmement séduisant. Cependant, il n’existe aucune preuve in vivo permettant de recommander les bains de bouche pour contrôler la charge virale du SARS-CoV-2. Parmi les molécules antivirales contenues dans les bains de bouche, le peroxyde d’hydrogène, la ß-cyclodextrine, les flavonoïdes, les huiles essentielles, le chlorure de cétylpyridinium ou la povidone-iode pourraient être intéressants dans la lutte contre le SARS-CoV-2. Dans notre essai, l’activité antivirale du CDCM repose sur la ß-cyclodextrine et le citrox (flavonoïdes). Ces molécules ont démontré une activité antivirale contre plusieurs virus, mais la preuve de leur action contre le SARS-CoV-2 n’était basée que sur des études in silico.

University De Lyon Logofw


Autres essais cliniques :

Influence du sexe sur les anticorps neutralisants contre le SARS-CoV-2

Cette étude vise à déterminer les différences dans l’évolution de la réponse immunitaire dans les mois qui suivent l’infection par le SARS-CoV-2 chez les hommes et les femmes.

Diagnose

COVIDAir : une nouvelle technologie pour détecter les patients COVID-19

Cette étude vise à déterminer la validité d’une nouvelle méthode de détection du COVID-19 par la caractérisation des molécules présentes dans l’air expiré.

ANTICOV Study : COVID-19 en Afrique

Collaborez avec l’étude ANTICOV et contribuez à traiter la COVID-19 en Afrique.

Progestérone pour traiter le COVID-19

Est-ce que les hormones sexuelles peuvent aider les hommes survivre le COVID-19 ? Cette étude a pour objectif évaluer la sécurité et l’efficacité de la progestérone dans le traitement de COVID-19 chez les hommes hospitalisés.

Flower 729514 1920

E-speranza-COVID19 Project

This study aims to demonstrate efficacy of Montelukast for patients with persistent COVID-19 to help them improve their quality of life.

COnV-ert study, convalescent plasma to stop COVID-19

Early administration of convalescent plasma in people over 50 years of age with mild to moderate COVID-19 disease may slow disease progression and decrease the severity of symptoms.

CombivacS

Clinical trial designed to evaluate the safety and immunogenicity of a dose of Comirnaty vaccine (Pfizer) in people who have previously received a dose of Vaxcevria vaccine (AstraZeneca).

Blood Filter for the Treatment of COVID-19

Is removing SARS-CoV-2 from the blood sufficient to decrease the severity of critically ill COVID patients? This clinical trial aims to test the efficacy of a new blood filter for the treatment of COVID-19.

Pediatric COVID vaccination clinical trial

This pediatric clinical trial aims to test the safety, tolerability and immunogenicity of Pfizer’s COVID vaccine in children under 12 years of age.

LacCOVID Study

The LacCOVID study has shown that milk from lactating women who have been vaccinated with Pfizer-BioNTech contains specific antibodies against the SARS-CoV-2 coronavirus.