Étude ComCor : Où les Français se font-ils infecter ?

Cette étude vise à identifier les facteurs sociodémographiques, les lieux fréquentés et les comportements associés à un risque accru d’infection par le SARS-CoV-2


Quelques-uns des résultats de l’étude ComCor :

– Le virus se transmet le plus souvent à l’intérieur (80 % des cas) et lors des repas.
– Les repas jouent un rôle central dans ces contaminations, que ce soit dans un cadre familial (35% des cas hors repas de Noël), amical (42%), ou dans une moindre mesure professionnel (15%).
– Trop souvent encore (37% des cas de transmissions hors foyer), la personne source était symptomatique au moment du contact infectieux. Ceci est particulièrement vrai en milieu professionnel (46% des cas).
– Les transports en commun ne sont pas associés à un risque accru d’infection. Le covoiturage est à + 58%.
– Les voyages à l’étranger sont associés à un risque accru d’infection (+ 53 %).

Description de l’étude :

  • Titre : Etude des facteurs sociodémographiques, comportements et pratiques associés à l’infection par le SARS-CoV-2 (ComCor).
  • Investigateurs principaux : Simon Galmiche, Tiffany Charmet, Laura Schaeffer, Rebecca Grant, Arnaud Fontanet, Juliette Paireau, Simon Cauchemez, Olivia Chény, Cassandre Platen, Alexandra Maurizot, et al.
  • Centre clinique : L’étude a été réalisée par l’Institut Pasteur en collaboration avec la Caisse Nationale d’Assurance Maladie, l’institut Ipsos et Santé publique France.
  • Population d’étude : 77 208 participants atteints d’une infection aiguë par le SARS-CoV-2, à l’exclusion du personnel soignant (8,2% des personnes contactées par e-mail par la CNAM).
  • Conception : L’institut IPSOS identifie et contacte des  » bystanders  » appariés aux cas index par âge, sexe, région de résidence, densité de population et période (couvre-feu à partir du 17 octobre 2020 et confinement à partir du 29 octobre 2020). Les cas index et les bystanders doivent répondre à un auto-questionnaire sur leurs caractéristiques socio-démographiques, les lieux qu’ils fréquentent et leurs comportements. En outre, les cas index doivent détailler les circonstances de leur infection lorsqu’elles sont connues.
  • Méthodes : Deux types d’analyse ont été réalisés :
    – Analyse des circonstances de la contamination à partir des cas index pendant la période de couvre-feu. Pour cette analyse, parmi toutes les réponses reçues, toutes les réponses où le participant a été infecté pendant une période de couvre-feu et celles du personnel de santé ont été éliminées car elles peuvent avoir été infectées différemment.
    – Étude cas-témoins couvrant la période de couvre-feu et de confinement. Pour cela, les réponses aux auto-questionnaires de 3426 cas et 1713 témoins appariés par âge, sexe, région, densité de population et période (couvre-feu ou confinement) ont été analysées.

Objectifs de l’étude :

Objectif principal : Identifier les facteurs socio-démographiques, les lieux fréquentés et les comportements associés à un risque accru d’infection par le SARS-CoV-2.

Objectifs secondaires : L’étude comporte deux parties, dont les objectifs respectifs sont :
(1) Décrire les circonstances de contamination des cas index diagnostiqués positifs au SARS-CoV-2 pendant la période de couvre-feu, en particulier lorsque la personne à l’origine de l’infection est connue.
(2) Comparer les caractéristiques, comportements et pratiques des cas index avec ceux d’une série de témoins appariés pour l’âge, le sexe, la région et la densité de population, pendant les périodes de couvre-feu et de confinement.

En savoir plus sur cette étude :

Discussion : Tous ces résultats pourraient être remis en cause par l’arrivée des variantes anglaise, sud-africaine et brésilienne sur le territoire français. Le variant anglais est environ 50% plus transmissible que le virus traditionnel. Les modes de transmission semblent être les mêmes, mais la contagion est plus importante et la durée d’excrétion du virus chez les personnes infectées peut être plus longue.

Impression
Caissenationaledelassurancemaladie
Ipsos
Santepubliquefrance


Autres études épidémiologiques :

IDENTIFICATION DES COMPOSANTS GÉNÉTIQUES CHEZ LES JEUNES ATTEINTS DE FORMES CRITIQUES DE COVID-19

Une collaboration franco-américaine, utilisant les techniques d’intelligence artificielle les plus avancées pour l’interprétation des données, a réussi à identifier une signature génétique qui différencie les […]

Efficacité de la combinaison vaccinale

Científicos franceses demuestran que la vacunación primaria con dos vacunas diferentes sería más eficaz que la vacunación con dos vacunas idénticas.

Dynamique de la variante Delta en France

L’Institut Pasteur fait l’hypothèse dans cette étude qu’il n’y a pas de changement dans la transmissibilité liée au climat de la variante Delta pendant la période d’étude (15 juin au 1er octobre).

SARS-CoV-2 dans les populations partiellement vaccinées

Cette étude vise à étudier comment la vaccination partielle de la population française devrait modifier l’épidémiologie du SARS-CoV-2 et à déterminer les implications pour le contrôle de l’épidémie.

Étude DIABÉPI

DIABÉPI, une étude quantitative sur le rapport des personnes diabétiques à la vaccination et leur vulnérabilité à l’épidémie de COVID-19.

Hard Covid

Étude HARD COVID-19

Depuis plusieurs mois, le CHRU de Tours s’est lancé dans une enquête d’ampleur afin d’évaluer le moral des soignants. Un travail de recherche pensé pour cartographier leurs troubles, mais aussi les aider à se sentir mieux.

France 2020

La pandémie de COVID-19 a un impact important sur la démographie de la France. Cette étude explique pourquoi le nombre de décès attribués à la COVID-19 en 2020 dépasse largement l’augmentation des décès de toutes causes entre 2019 et 2020.

Étude CONFEADO

Cette étude vise à comprendre comment les enfants et les adolescents âgés de 9 à 16 ans ont vécu le confinement en France et comment cela a pu affecter leur bien-être.

Étude SAPRIS-SERO

SAPRIS-SERO est une étude qui vise à estimer la séroprévalence de l’infection par le SRAS-CoV-2 dans les cohortes épidémiologiques Constances, E3-E4N, NutriNet-Santé et Elfe-Epipage2 en France.

CoV-CONTACT

Cette étude prospective multicentrique conclut que la proportion de professionnels de santé infectés après un contact professionnel à risque est très élevée, dont un quart des infections sont asymptomatiques.